Message sur l'Amour 2/2

A la suite de ma conférence du 17 Septembre lors de laquelle j'ai partagé des extraits de messages de mes Guides de Lumière, beaucoup m'ont demandé leur publication. Les voici donc. Ces canalisations ont été reçues par écriture intuitive sur la thématique de l'Amour dans un langage volontairement simple, clair, concret afin d'être partagés. Seuls la ponctuation et l'ortographe ont été rectifiés. Selon l'usage, merci d'indiquer la référence de ce site lors de toute reproduction qui ne peut être que totale. Egalement, je vous invite à l'usage de votre propre discernement et à prendre ce qui résonne en vous.

Je Leur ai posé une question de départ simple " Qu'est - ce - que l'Amour Inconditionnel ? Comment doit - on l'entendre ?"

" L'Amour Inconditionnel (AI) n’est pas à entendre tel que vous entendez l’amour – sentiments ou l’amour – attachement car il est au – delà de cela.

Nous ne mettons pas de hiérarchie dans l’Amour. Ce n’est pas cela que nous disons.

L'AI, en bref, serait aimer au - delà. Au delà des apparences, de ce qui est donné à voir, à entendre, au delà des masques portés, des blessures non guéries, au delà des attitudes, des actes.

C’est un Amour qui se relie à l’Etre, à l’Essence, à la profondeur de l’Autre.

Ce n’est pas un Amour qui nie ou occulte la réalité de ce qui est visible.

Ce n’est pas un Amour qui accepte tout ; il sait se positionner d’abord sur l’AdS.

C’est un Amour qui transcende et qui élève l’âme de celui qui le donne et de celui qui le reçoit.

C’est un Amour lucide – qui voit tout – et un Amour bienveillant – qui comprend l’intention derrière les mots, les actes.

Un Amour plein qui se livre entièrement. Coeur14

On pourrait dire inconditionnel donc sans conditions. Oui dans le sens de sans attentes.

Tel un cadeau. Un cadeau déposé, mis à disposition de l’Autre.

Un Amour qui ne demande rien, pas même de retour. Et certainement pas telle attitude, telle action. Rien. Donner pour donner.

Et donner dans le Cœur et par le Cœur. Et non justement pour apparaître Etre de grand Cœur, belle personne.

Un Amour qui peut se donner dans la coulisse, dans la noblesse du silence et non dans l’éclat public, la revendication.

Un Amour sans les « si » de l’amour – attachement. Sans les drames et pressions de l’amour – sentiments.

Un Amour qui prend l’Autre là où il est, tel qu’il est, sans ce désir souvent répandu de vouloir changer l’Autre, même pour son « bien » (sourire).

Un Amour qui enveloppe sans enfermer. Qui relie sans attacher et même un Amour qui laisse, rend libre.

Un Amour qui voit d’abord le Beau en l’Autre, au – delà des couches parfois épaisses d’ombre, de protection, de blessures.

Cet Amour qui distingue la Lumière au milieu de l’obscurité. Qui la traverse, va au – delà pour rejoindre ce trésor à l’éclat parfois vacillant et pourtant éternel, immuable.

Comment le vivre ?

C'est d'abord en ayant transcendé chez soi ces mêmes couches dont nous parlons là. C'est les avoir rencontré, accepté, aimé.

Cela, alors, porte à la compassion, la bienveillance, l'Amour chez soi, de soi et donc chez l'Autre.

C'est la connaissance approfondie de soi qui le permet.

Quand nous disons connaissance, nous ne pensons pas une démarche mentale, intellectuelle mais à descendre dans les tréfonds de ses propres souterrains.

C'est une démarche intime dont nous avons déjà parlé. démarche in térieure, renouvelée. C'est un exercice constant que l'AI.

C'est dans la confrontation à l'Autre ensuite qu'il se parfait car le toucher, le développer au fonds d'un ashram est chose abordable, voire facile.

Mais le pratiquer face à l'Autre, à ces autres aux "épouvantables" comportements (sourire), cela est vrai défi. C'est bien là que tout se joue.

L’AI porte t-il à tout accepter ?

Il y a parfois confusion en effet.

C’est un Amour sans limites au sens amour infini.

Ce n’est pas un amour sacrificiel pour autant.

Il ne s’agit pas de se renier soi pour tout accepter de l’Autre.

En réalité, il s’agit de prendre acte de ce qui est chez l’Autre et on peut ne pas être en accord avec ce qui nous est présenté alors.

Simplement, c’est aller au – delà et se relier à l’Etre.

Laisser ce qui a trait à l’ego, aux démonstrations du petit moi pour aller à la rencontre de cette partie lumineuse en l’Autre.

Et vous savez quoi ? Plus vous la verrez, plus elle se déploiera.

Bien sûr, cela n’est pas simple tant que l’on n’a pas réglé ses propres blessures.

Alors comment faire ?

Considérer l’Autre comme un allié, un indicateur.

Chaque fois que l'on se sent irrité, touché, coulé dans une interaction avec l'Autre, au lieu de l'accuser de tous les mots / maux et de lui faire porter la responsabilité de son mal être, se tourner vers soi et se demande "qu'est ce qui est touché en moi ?"

Une fois trouvé et dépassé ce qui est touché en vous, alors vous conviendrez de l’apport bénéfique de l’Autre. Cela vous en rapprochera. Incontestablement.

Car vous comprendrez que l’Autre n’a fait qu’éclairer une zone encore douloureuse chez vous et vous a offert l’opportunité de vous en guérir et vous en libérer.

Ainsi, vous grandissez en Amour en Vous, pour Vous, pour l’Autre, les autres.

Ce que nous disons c’est que cet AI dont nous parlons est un chemin et non une sorte de quête, de fin en soi à réaliser absolument dans ce parcours de vie. »

 

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau