En Route vers Soi

Laisser sa trace

  • Le Mar 23 jan 2024

Laisser sa trace

« Je veux laisser une trace ! »

«  Je veux impacter le monde ! »

Vous avez déjà entendu ou même prononcé ces phrases, non ?

Impacter, ce mot à la mode depuis quelques années.

Qu'est-ce qu'un impact à la base ? Ca nous parle d'un choc, d'une collision, d'un événement souvent violent qui laisse donc une trace. Waouh ! Quel fun !

S'est-on alors demandé ce qui nous motive dans ce mouvement qui sonne bien comme une forme de prise de pouvoir sur autrui ?

S'est-on questionné sur ce besoin de laisser une trace ? D'où ça part en soi ? Quelle part se trouve en fait nourrie ?

Se prolonger ?... pour conjurer sa peur de la mort... pour viser l'éternité tout en ignorant qu'elle est notre nature intrinsèque

La postérité ?

Nous avons des variantes bien sûr à impacter

Comme influencer avec leurs lots d'influenceurs. Et donc d'influencés. C'est-à-dire d'un côté des personnes qui usent de leur pouvoir médiatique, social, etc et des personnes qui y consentent. Dominants/dominés forever ? Quid du discernement face au prêt-à-penser ?

Comme contribuer. Ce mot, je l'utilise parfois. Dans le sens de servir à partir de sa coloration, de Rayonner tout en étant dénué d'attentes spécifiques.

Evidemment, cela s'est maintenant souvent trouvé déformé en mission d'âme. Une mission et son étendard.

Une définition.

Une case.

Et même une case qui se revendique hors case, hors normes

Derrière tout cela, n'y a t-il pas un besoin d'appartenance qui tente de se combler ?

Derrière cela, n'y a t-il pas un besoin de sécurité qui essaie de se dire ?

Et que pèse la liberté face à ces besoins ? Ne finit-elle pas bradée ?

Ici ou là, on s'enorgueillit de ne plus donner son pouvoir à l'autre. Un peu comme ces ados qui claquent la porte au nez de leurs parents.

En faisant cela, nous sommes encore sous le joug du pouvoir et avouons en réalité notre refus ou notre résistance à réinvestir notre Puissance.

Car pour accéder à la porte de la Puissance, cela demande de passer par la vulnérabilité. Et donc de se mettre nu. L'inverse même du pouvoir qui se pare de tant d'artifices et chimères.

Et car de la Puissance nous avons été engrammés à en avoir peur, en avons été bridés... depuis la Nuit des Temps

Conscience-Puissance-Souveraineté...

Depuis, plus de 12 ans à vous accompagner, à mettre la Souveraineté au coeur de tous mes accompagnements, sur le fonds et dans la forme, j'ai pu voir à quel point cette question est centrale. A quel point elle relève du défi et demande constance et courage renouvelé, conscience attentive tant l'ancrage à s'en remettre à l'extérieur est fort

Et nous fait oublier l'impermanence de toute chose. Comme cette trace sur le sable que l'océan va, en un quart de seconde, faire disparaître